EN/FR: A year in music/ Une année en musique

7/7/2016 – Chiny, Belgium
Listening now: 

Music has always had a significant place in my life. I have this very special custom (which I believe hope I am not the only one to have), to listen to a track in repeat mode for days when I love it. Subsequently, some tunes end up feeling like the soundtrack of a particular period of my life, so that every single time I hear it, I’m instantly thrown back to the places and the moments which match the song. This, I believe, is the power of music (well, irritation from my beloved one’s is also quite strong one -and a totally legitimate consequence of my bad habit – but sorry I’m just not sorry about that).

Just a little bit more of a year after the end of my exchange year in London, music has always proven to be the best way to dive, deeply nostalgic, in the remnants of the memories of that specific time of my life. Also, I constituted a Spotify playlist of all the tracks I used to listen to while being there, just to ensure myself to have some good material to let the saudade invade all my body, close my eyes, and remember all the wonderful instants that shaped this amazing trip.

So if you were in London with me, I hope you can feel it all again. The art lessons, the tipsy singing in the train, the chill afternoons in the parc, the lonesome moments in your bed, the gospel choir, the Croydon nights out, the 109s, the long Drama rehearsals, the pesto-pasta cooking, the vintage markets and all the things in between. And if you weren’t, well.. I hope you’ll have a good time listening to this playlist, and that it will give you a better insight on my exchange. If you enjoyed it, please don’t hesitate to subscribe to my Spotify. I’ll see you soon!

Much love ♡

C.


La musique a toujours eu une place essentielle dans ma vie. J’ai cette habitude très spéciale (que je pense espère ne pas être la seule à avoir) d’écouter un morceau en boucle pendant des jours lorsque je l’aime. Ainsi, certains airs finissent par sonner comme la bande sonore d’une période particulière de ma vie, de manière telle qu’à chaque fois que je les entends, ils me projettent instantanément aux endroits et moments associés à la chanson. Et c’est sans doute ça, le pouvoir de la musique (enfin vous me direz, celui d’irriter mes proches à force de ma mauvaise habitude est aussi un pouvoir assez puissant).

Un tout petit peu plus d’un an après la fin de ma seconde rhéto à Londres, la musique a aussi su faire ses preuves comme étant le meilleur moyen de me plonger, profondément nostalgique, dans les vestiges de ma mémoire de cette partie spécifique de ma vie. Ainsi, je me suis constitué une playlist Spotify de tous les morceaux dont j’avais pour habitude d’écouter lorsque je vivais là-bas, afin de m’assurer d’avoir de quoi laisser la saudade envahir tout mon corps pendant que je ferme les yeux et prends le temps de me remémorer tous les instants précieux qui ont fait de ce voyage ce qu’il était.

Donc si tu étais à Londres avec moi, j’espère que tu peux ressentir toutes ces choses une deuxième fois. Les cours d’art, les chants pompettes dans le train, les après-midis calmes dans le parc, les moments seuls dans le lit, la chorale de gospel, les sorties à Croydon, les 109s, les longues répétitions de théâtre, la cuisine de pâtes au pesto, les marchés vintages, et toutes les autres petites choses. Et si tu n’y étais pas.. Et bien j’espère que tu prendras du bon temps en écoutant cette playlist, et que ça te donnera une meilleure idée de cette année d’échange. Si elle te plaît, n’hésite pas à t’abonner à mon Spotify. A très bientôt!

Much love ♡

C.

EN: For better or for worst

25/5/2015 – London, UK.
Now playing: Corinne Bailey Rae – Is This Love

Hi everyone!

Today is the first anniversary of my blog and so much things have been going on. That’s probably the reason why it’s feeling like May 68 in my head (but like without any drugs or sex). During the last weeks, I passed all my exams, have been accepted at the Erasmus Uni of Rotterdam, and after almost 9 months in London, I finally did something with my host fam (yep, I think it deserves a standing-ovation mate!) and met their family. I also passed through hard times, but also beautiful moments with my best friends in the whole world, Carlo & Vero and convinced my lovely mum to come in London to visit me (ok, I think that after 9 months, I can admit it.. I kind of miss her). Finally, I also spent some time with Princess Sarah and the day before yesterday, I started to pack. Yes.. to pack. You know what it does mean: Soon, I’ll have to leave.

How I feel? I don’t know. I have a thousands of feelings absolutely contradictory that are struggling inside me and I’m constantly switching from an emotion to another, without truly understanding what is going on. Of course, I want to come back home and of course, I don’t want to leave London.

The problem is that I only have 35 days left here, and there are still a thousand things I’d like to do, which I know are impossible to realise, because I definitely don’t have the budget to do so, and overall, I would need a lot more than 35 days to make it possible. What hurts me is that I realise that the whole life built up here, all my daily-routine, my squads, my family, all of this, in just a bit more than a month, it’s over. Nothing will ever be the same again. Neither London, nor me. Even if I come back here later (who knows.. Life can be quite surprising sometimes..), everything will be different. If you are an exchange student, you certainly know what I mean.. All those small details which make your exchange days so special, your routine, the buses you take, the ways you pass through, certain contacts with certain people, special smells, your favourite places, some sounds or even music that you now connect to precise memories. All of this, all these things that make your life exactly the way it is right now. All those small details which alone have absolutely no interest, but which, put together, make of this experience something unique, special and important to you. To realise that all of this -this life that I built- will soon not be part of my everyday life anymore, but only a vague part of my past just makes me feel  s o   u p s e t.  Worst: it scares me. I’m scared to forget. I’m scared that this travel will once turn like my other trip in Brazil; I’m scared that, little by little, all my memories will fly away, to finally have the sensation that all of this was only a dream, a story that someone told me once, as if it wasn’t really a part of my own life. I’m scared that what defines me today will tomorrow only be fainted memories buried deeply inside me. I’m scared that the time and the distance could make all the people that I love and who count deeply to me misunderstood or unknown. This idea terrifies me. Sometimes, I’d like to go back, at the exact moment when I dumped my suitcases on the English soil. I’d like to have the opportunity to live all the small moments again, even more intensively, imbibing myself of them until they will not only be a part of me, but my whole being. I’d like to profit out again and again of all the small discoveries and to relive each emotions as a first time, with this only certitude: the one of being at the right place at the right moment, the one of having my heart always more open to the world and its little marvels.

Of course, I’m happy to go back. You can’t even imagine how good it will be to come back home. To recover the comfort of the undergone, the familiar smells, the renowned voices, the habitual tastes. I only dream about hugging my family again, to take brunch with them on the garden terrace, or to argue again with my little brothers. I’d like to be in my room, my bed, my bathroom. I’d like to walk casually and freely in all the places that I’m accustomed to, without worrying of how I’m non-dressed, or of the fact that I’m surrounded by people who aren’t unknown to me anymore but who are still strangers. I will be happy not to feel this horrid lack in my breast, and to communicate with people I love in another way than via Skype or Facebook. I will be happy to share what I’m living with them, not feeling that they aren’t a real part of my life anymore and thus, that I don’t have anything to tell them because they won’t feel concerned by what’s happening to me. I’m really excited to feel part of a family again, and not only to be with a family.

I guess that all this is part of travelling; they shape our most wonderful memories (at least mine!), but also the saddest and hardest one. This is what I’d like to talk about today, because I think it’s important to avoid to embellish things, not to idealise them. This is even more important to me that sometimes, I had the feelings that one sublimated the idea of travelling to the ES-to-come, hiding all the truth. So below, you will find all the advantages and disadvantages of travelling as an exchange student.

Your exchange year will most probably be the best that you could live because after this year, you will have so many opportunities to show off because you will speak one more language at a C4 level (and I’m not talking about the car here). The C4 level, for those who don’t know what it means, it is when you have a better grammar than most of the natives but people still mistaken you for a tourist because of your ‘exotic’ accent. And finally, it’s no that bad, because your accent is like a part of your identity, a small piece of your home country in your heart that your mouth still don’t want to get rid off. Anyway, what I wanted to say is that to go abroad in a host family is the best way to learn/improve a language, because you are immersed 24/7 in it. You can’t cheat, because from the exact moment you’ll put down your suitcases, you will speak the language, eat the language, breathe the language, in brief, you will live the language. And believe me, being abroad is far more efficient than taking any intensive language lessons, where you’ll study vocab’ lists which are longer than your dictionary, but that you’ll never use in your daily-life.

To live with natives is also the best way to discover a new culture from inside. Whether it is its national dish (by the way, if you want to travel for the food.. never chose England.. no but seriously, I’m not kidding! Prefer Italy.), its literature, its music, its history or its culture. To go abroad as an exchange student is completely different than to travel as a tourist, because you live the culture. You are not there to do exactly the same things that you do in your home country among a crowd of tourists, believe me. You’ll even experiment its education system (ah yes.. because just to remind you, you are there to study). In my case, it gave me a totally different view on what education is and motivated me to learn a lot more than in my homecountry. And finally, apart from the fact that it will allow you to overcome all your prejudices and stereotypes, opening always a little bit more your skimpy European ming, it is also without any doubt the most enriching cultural sharing possible.

You will also have a new family, composed by people from all over the world, with whom you will create links that you didn’t expect. Some of them will be your closest friends for years, and you will lose contact with others but nevermind, it doesn’t matter because this is how life is: sometimes you walk a part of your way with people but, after a certain amount of time, your ways just split off. There is nothing wrong with it, because it is just the way it is. By the way, all these people that you will meet will teach you how to live in community, with people that have other ways to think, other priorities and customs than yours. Naturally, this will not be easy, but I promise you that it will be really enriching.

An exchange is also a life experience, which will make you taste freedom, confronting yourself to life and all the responsibilities that come with it. It’s a golden chance to go out of your comfort zone, discovering the magic one, the place of all possibilities. Out of the spatiotemporal space of your monotonous daily-life, you will discover a thousand things, burning hundreds of sublime memories in the deepest places of your memories, that you will share later not without a bit of pride, with your friends and family. All this while increasing drastically your employment prospects! If this is not a foretaste of paradise mate, I don’t know what it is!

At last -and to me, it’s the most interesting part of an exchange- y o u  a r e  f r e e. You have the opportunity to reset your whole life. Meaning you can be whoever you’d like to be – yourself, for example – because people have no expectations about you. It will allow you to discover yourself more deeply, melt into a crowd of strangers that are just waiting to get to know the wonderful person that you are. It will also allow you to take a certain distance with all your problems, analysing it being less subjective and putting things into perspective, calling yourself into question, and sorting things through (yes, it does mean that you’re going to lose some friends, but I heard once that the person that isn’t your friend anymore has never been). All this will bring you so many good things for your future: you will learn to understand others (and yourself in the meantime) to tolerate them even more, you will open yourself to the world, learning to be so much more flexible, taking things as they come. You will also improve your communication skills, because no matter how shy you are, you will be obliged to go towards the others. The result of all of this? You will boost your self confidence and be much more mature!
In brief, all these little things will finally make this year soooooooo beneficial, shaping most probably the best moments of your life.

But apart from that, there are dozen of things that nobody will tell you about. Nobody will prepare you to face all the difficulties that you will have to overcome. Nobody will teach you to face the contemptuous glance of the people who think that travelling is a waste of time, a lost year. Nobody will describe you accurately how cultural shock can be hard, and even less how to overcome it, how to end this general incomprehension that will surrounds your first weeks on the foreign soil, when you will be unable to stop comparing your host country with your home country, because you simply are unable to understand this culture that isn’t yours. No matter of your language skills before leaving, nobody can prepare you to all the communication difficulties that you will have to encounter, to the omniscient frustration you will feel when you can’t share your ideas. Nobody will arm yourself of enough self-mockery to face (even after a year) all the (kind) mockeries about your accent, which will hurt you, sooner or later. And nobody will explain you that no matter of the amount of time you’ll spend abroad, you’ll never be bilingual because being bilingual is a myth. Nobody will give you the keys to adapt yourself to the repugnant different food of your host  country, that you will be obliged to eat at least twice a day. Nobody will explain you the health problem you’ll have to face: neither all this weight you’ll gain and the dermatological problems you’ll have because of your alimentation, nor the stool issues (absolutely charming, I know! no need to thank me for that) that will be the hard result of your alimentation. Nobody will warn you about the huge fatigue that will be part of your daily life the first weeks. We will not talk enough about the integration difficulties that you will have with your family and in your school, nor of the omniscient feeling of solitude. We will not tell you how much you’ll feel misunderstood, as you can’t really talk about your issues to the people that are surrounding you or your friends and family, who can’t understand what you are living. We will not explain you how hard it will be to face all the different situations and problems of your everyday life alone, and how upset and helpless you will feel every single time you’ll hear bad news from your home country (yes, I’m sorry to disappoint you, but the world doesn’t stop while you’ll be abroad.. people keep dying, getting sick, etc.). We can’t accurately describe how much you’ll miss your family and friends, and how hard it’s gonna be to only have contact with them via webcam, unable to touch them. We won’t tell you enough how long-distance relationships are hard, and how complicated it will be to keep contact with some people because of the time difference. We won’t explain you how frustrated you’ll feel after 10 months of abstinence (yes, sorry mate but I needed to tell you: as a general rule, you can forget sex while on exchange), nor how much you are going to miss your comfort and the food of your home country. Nobody will show you the real cost of such a travel. And I’m not only talking about the exorbitant price of an exchange, but also of the time and energy that it represents. By the way, as we are talking about money, nobody will prepare you to the fact of being perpetually broken, sick of these ATM fees that make you buy your own money. Also, nobody will praise the disadvantages of travelling with an organisation, this holy Big Brother, which will remind you approximately everyday that you aren’t on holidays, but that you are an exchange student, meaning you are not allowed to drink alcohol, to have sex, to drive or to travel alone in the country and overall, to see your own family and friends during more than 9 months. And finally, when you will have accepted and appreciated all of this, nobody will tell you how hard it will be to pack your stuff and to leave everything behind you.

But after all, this is maybe what travelling is all about: filling your heart of thousands of tiny marvels to finally leave some pieces of it everywhere you’ll go. Every single time, no matter of the place, the time you’ll spend there and the people you’ll be with, you’ll have the certitude to be terribly happy, and you’ll be each time a bit more torned up by the idea of leaving. Finally, travels are like life: a mountain of intense emotions, of happiness and sorrow, that makes you feel alive. Also, if you are hesitating packing your stuff and go away, don’t. You don’t need to be rich to travel. You don’t need to be accompanied to travel. You don’t need to be old to travel. You don’t need to be young to travel. All you need is a bit of love to share with the people you’ll meet, and a small amount of courage to take all the opportunities that will cross your way.

 

Hola Carolina! Hola Zaragoza!

27/4/2015 – Londres, Angleterre
La chanson du moment: Yael Naim – Far Far

Hola amigos!!

Hier c’était dimanche, et le dimanche, c’est normalement le jour où je t’écris. Je ne t’ai pas oublié -loin de là- simplement, pour une fois, j’avais l’impression de ne rien avoir à te dire.. Et puis aujourd’hui, je me suis rendue compte qu’il y a un petit temps de cela, je t’ai annoncé mon voyage en Espagne, sans vraiment te dévoiler grand chose à ce sujet.. Alors voilà l’occasion de t’en dire plus!

Commençons donc par le commencement.. Pourquoi partir en Espagne? Si tu me suis depuis le début, tu dois sans doute savoir que j’avais initialement comme plan de partir en tant que fille au pair pour mon année “sabatique”. Et puis finalement, les choses se mettant les unes dans les autres, découvrant l’existence des bourses du Plan Marshall, il s’est avéré que je suis partie en seconde rhéto (terminale pour les Frenchies!) Bon.. Ceci dit, mon esprit maternel est resté, et avec lui l’envie de partir au pair, me permettant de faire un job que j’aime (m’occuper de bébéééés), tout en voyageant et en perfectionnant une autre langue. Réalisant que l’heure du retour sonnerait bientôt, et n’ayant vraiiiiment pas l’envie de rester en Belgique durant toutes les vacances, je me suis donc mise à chercher pour partir un petit mois durant mes vacances, histoire 1) d’avoir l’occasion de me trouver un job de Londres 2) de partir en vacances à moindres coup 3) de perfectionner une des langues apprises/ que j’apprends. Bon, ça me réduisait déjà les destinations à Allemagne/Autriche, Portugal et Espagne. Je vais t’avouer que j’étais pas chaude-chaude pour l’Allemagne, me rendant compte qu’un mois ne serait pas suffisant pour me remettre dans le bain et n’étant pas très confiante concernant mes compétences linguistiques dans ce domaine. Il me restait donc le Portugal et l’Espagne.. Bon, les Portugais, ils sont bien gentils, mais ils ont tout de même un accent abominable et puis j’avais vraiment envie de découvrir l’Espagne, où je ne suis encore jamais allée (sacrilège! oui.. je sais!!)

Après quelques instants d’hésitation (devrais-je m’inscrire dans une agence au-pair ou sur un site internet?!), je me suis donc inscrite sur Au Pair World, décidant de faire confiance à mon feeling, et puis me disant que quand bien même ça ne se passerait pas super, super bien avec la famille, je n’en avais que pour un mois. J’ai donc passé deux jours non-stop durant mes vacances de Pâques à traquer toutes les familles avec qui je serais susceptible de partir, envoyant près d’une cinquantaine de mail, à toute heure du jour et de la nuit. Et puis finalement, c’est la famille qui est venue à moi. Le contact est très rapidement passé, nous avons skypé le jour suivant, la petite Eva, dont je vais m’occuper, était absolument adorable, et les parents super sympas, et il m’a semblé qu’on était fait pour se trouver. Les parents m’ont donné le temps de décider si je voulais poursuivre l’aventure avec eux, super enthousiastes à l’idée que je vienne chez eux. Pour moi, il s’est imposé comme une évidence que c’était avec eux que je voulais passer ces 4 semaines, et j’ai donc répondu positivement.

S’en est donc suivi une période “d’apprivoisement”, où l’on s’est mutuellement posé pleinnnn de questions concernant nos habitudes, notre quotidien, notre vie en général. Plus je discutais avec eux, plus j’avais l’impression très agréable d’être tombée sur LA famille, celle qui me correspondait, qui me ressemblait. J’ai donc réservé mon billet d’avion, décidée à aller les rejoindre à Zaragoza.

J’ai ensuite signé mon contrat avec ma famille d’accueil. Mais tu sais bien qu’il n’y aurait pas de sport si tout se passait toujours comme prévu.. Après avoir réservé mon billet d’avion, j’ai donc pris conscience par je ne sais quel miracle qu’en rentrant en Belgique, je devrais passer un test d’anglais pour montrer mon évolution pour la fameuse bourse du plan Marshall. Le soucis, c’est qu’il est écrit explicitement sur les papiers de condition d’octroi que je suis obligée de me présenter au Forem à la date indiquée, ne pouvant changer la date du test uniquement pour raison médicale, et fournissant une attestation médicale. Aïe.. J’ai donc envoyé un mail à la personne en charge de mon dossier, lui expliquant clairement la situation, histoire de savoir s’il n’y avait pas moyen de s’arranger afin que je puisse passer mon test avant/après partir ou, dans le cas échéant, leur fournir les résultats d’un test reconnu type IELTS/TFOEL comme preuve d’amélioration, priant très fort pour que cela passe, car sinon, je devrais annoncer à la famille d’accueil que je suis une incapable, et annuler mon billet d’avion (je pleurais rien qu’à l’idée de réaliser la somme d’argent gaspillée). Et puis finalement aujourd’hui, j’ai reçu un mail de ma personne de contact (petit stress en l’ouvrant), disant qu’il adapterait la date pour moi.

Donc voilà! Tout est bien qui finit bien! Me voilà sur la route du soleil, bientôt en terre espagnole, direction Zaragoza! Je te tiens au courant dès que j’aurai plus de nouvelles concernant ce voyage! Love ♡

Mes envies de voyages

19/4/2015 – Londres, Angleterre
La chanson du moment: Hurricane Love – You Are The Sun

Bonjour tout le monde!

Cette année, je vais avoir 20 ans. Ce sera la vingtième fois que je verrai les feuilles des arbres tomber, la neige couvrir les toits des maisons, et puis les fleurs bourgeonner. 20 ans, ce n’est pas rien. C’est un âge plein de promesses, celui de la réalisation de ses rêves les plus fous, celui de la découverte de nouveaux mondes, celui de voyages, tant physiques que spirituels. 20 ans, ce n’est qu’un nombre, et pourtant, c’est aussi un tournant dans une vie. Il sera d’autant plus fort que, comme tu le sais déjà, il correspondra pour moi à l’entrée à l’unif (In Shaa Allah!) et donc, dans le même temps, tu peux te l’imaginer, à l’émergence d’un monde nouveau, rempli de belles découvertes, de plus de responsabilités, mais aussi de plus de libertés. Cet anniversaire à venir ne me donne que plus envie de voyages, de découvertes, de partages et de rencontres.. Voici donc ici la liste (non-exhaustive bien entendu) de tous les voyages dont je rêverais.

jjjjjjjjjjjjjjjjjjj

-Faire El Camino de Santiago de Compostella avec quelqu’un que j’aime
-Retourner vivre au Brésil, ma terre de soleil, près de mes proches et perfectionner mon portugais (parce qu’après avoir skyper ma titia hier.. aïe aïe aïe!)
-Faire un safari en Afrique noire
-Prendre un last-minute pour une destination inconnue
-Passer une nuit dans un hôtel très chic d’une ville magnifique
-Retrouver de vieux amis autour d’un feu de camp sur une plage
-Aller en Himalaya
-Déménager dans une nouvelle ville
-Passer quelques jours en mer sur un bateau à voile avec un très bon ami
-Partir étudier à l’étranger et faire un Erasmus dans un autre pays
-Faire les plus grands festivals de musique à travers le monde
-Aller à Jérusalem
-Aller dans des endroits interdits
-Faire un road-trip aux Etats-Unis avec des amis rencontrés en voyage
-Me perdre au milieu de nul part
-Découvrir l’Amérique latine seule en sac à dos
-Prendre le train, rencontrer un inconnu et laisser tomber tous mes plans initiaux pour passer quelques jours avec lui
-Voir un ballet russe à Moscou
-Voyager à travers toute l’Europe avec un pass Interrail avec mon amoureux (je ne l’ai pas encore rencontré mais à l’aise, je ne perds pas espoir!)
-Me perdre quelques semaines d’hiver dans un chalet/ une petite cahute dans un pays nordique
-Backpacker en Asie
-Partir sur les traces d’un lieu d’un de mes souvenirs d’enfance
-Faire le tour du monde avec mes enfants
-Passer deux semaines seule en Irlande
-Camper au milieu de nul part en Australie
-Faire un tour de l’Italie, m’y enrichir de sa culture, et y apprendre à cuisiner correctement et à parler cette magnifique langue
-Faire du volontariat un mois à l’autre bout du monde
-Partir sur les traces de Chris Mc Candless, d’Into The Wild

Et toi? Quelles seraient tes envies de voyages, tes lieux d’escapades de prédilection? Les villes, pays que tu voudrais absolument voir?

 

FR: Cette semaine j’ai..

7/4/2015 – Londres, Angleterre
La chanson du moment: Melody Gardot – If The Stars Were Mine

Hi everybody!

Je suis heureuse. Terriblement heureuse. Je suis heureuse parce que ce matin, je me suis réveillée alors que les doux rayons du soleil caressaient mon visage et que les petits oiseaux chantaient sur l’arbre en face de ma fenêtre.. Oui, exactement comme à la maison, en Belgique. Je suis heureuse parce que lorsque j’ai lu mes messages ce matin, des personnes qui m’ont particulièrement manqué ces derniers mois m’ont écrit, simplement pour prendre de mes nouvelles.. Je suis heureuse, parce qu’après m’être levée et avoir déjeuné tranquillement dans une maison calme et vide, j’ai fait du sport. Bon, soyons honnête, je n’ai pas fait tout le programme d’aujourd’hui.. Je me suis arrêtée à la moitié, alors que je suintais comme un porc (je suis certaine que tu apprécies la comparaison), rouge comme jamais, et complètement hors d’haleine (je me demande d’ailleurs si je ne fais pas de l’asthme?) mais vu comme j’ai souffert, c’est déjà pas mal. Après cela, j’ai pris une succulente douche bien froide, et puis après m’être habillée très léger, je m’en suis allée rejoindre Carlo à Croydon. Je suis heureuse, parce que lorsque j’ai ouvert la porte d’entrée alors que je sortais, j’ai été surprise par la chaleur -une impression qui m’avait manquée- et tous les arbres sur mon chemin étaient en fleurs. Je suis heureuse parce que j’ai réussi à attraper tous mes bus les uns à la suite des autres sans attendre (et sans courir, fait non-négligeable), et surtout, parce que pour une fois, Carlo n’était pas en retard. D’ailleurs, je suis aussi terriblement heureuse d’avoir passé mon après-midi avec lui, posée dans le parc, à travailler mon espagnol. C’est incroyable comme chaque moment passé avec lui est toujours super agréable.. Qu’importe ce que l’on fait, qu’importe si l’on ne se parle presque pas durant des heures. Juste sa présence, tu sais. Je suis heureuse parce qu’aujourd’hui, j’ai cuisiné. Donc aujourd’hui, j’ai mangé ce que je désirais plus que tout: des pâtes avec une sublime ratatouille de légumes. Un délice! Comme c’était bon de couper mes petits légumes -je crois d’ailleurs que rien ne me rend plus heureuse que de couper des légumes.. ça m’apaise comme tu n’en as même pas idée!-, en écoutant du Manu Chao. Je pouvais presque sentir la douce (enfin, façon de parler hein) présence de ma maman à côté de moi.

D’ailleurs, de manière générale, je suis heureuse. Heureuse de vivre ici, à Londres. J’aime Londres en été (oui enfin été tu vas me dire.. il faisait tout de même 22°c ma petite dame!). Bien sûr, de temps en temps, j’aurais bien envie de rentrer à la maison, de retrouver ma famille, ma chambre, mes petites habitudes et puis tout le confort qui va avec.. Mais il n’y aurait pas de sport si cela n’était pas la cas, et puis cela me permet d’apprécier encore plus les petits plaisirs de la vie! Aussi, je suis heureuse parce que j’ai passé une superbe semaine. Tout d’abord j’ai trouvé une super famille pour partir au Pair.. Dont je vais vous parler très rapidement dans un de mes posts. J’ai aussi écrit mes lettres de motivations pour mon dossier universitaire, dont je vais aussi vous parler tout bientôt! Et puis ces derniers jours, je me suis vraiment bien amusée avec le petit Carlito.. On a mangé italien avant-hier dans un super petit resto pas trop cher, on s’est vraiment régalés et on a beaucoup ri (comme toujours, hehe). Nous avons aussi découvert un super magasin vintage en dehors du trop fréquenté Bricklane et puis hier, nous avons été à Brighton pour l’anniversaire de Luke. Nous avons déambulé dans les rues de Brighton, ri sur la plage, et puis pris de merveilleuses photos du couché de soleil sur le Pier. Entre temps, j’ai aussi regardé une bonne dizaine de super chouettes films de voyages (d’ailleurs, je crois bien que je vais te faire une liste des films qui donnent envie de voyager). Ah oui, et je me suis aussi mise à regarder les dessins-animés que je regardais quand j’étais petite.. C’était tout émouvant de se replonger en enfance comme ça!

Malgré tout ça, je suis éprise d’un sentiment de frustration intense. Genre sur l’échelle de 1 à 10 de la frustration.. 14! (oui, rien que ça!) Je m’explique: il y a quelques semaines de cela, alors que j’étais en train de faire griller délicieusement une tranche de pain de mie dégueulasse j’entendais un grand BOUMPATATRARGE?LRGEKZLMEZ. Je me suis donc retournée et que vis-je? Malheur! Quelqu’un avait fait tombé mon ami, mon amant, l’amour de ma vie: mon laptop. Instantanément, j’ai ressenti une énorme douleur dans la poitrine: on avait fait du mal à mon petit bébé. Bon.. Intérieurement bouleversée, je tentais tant bien que mal de rester extérieurement très calme, et je continuais à faire griller mon pain, avant de checker que tout allait bien. Et là.. Malheur²! Le pauvre innocent ne répondait plus.. L’écran noir, il était déjà passé de l’autre côté du tunnel. Je vais vous passer la description de la scène de crise de larmes qui s’en est suivie – digne d’un film américain – et je vais en venir droit au but: le disque dur touché, il n’y avait plus rien à faire, si ce n’est que le remplacer (mon porte-feuille grince toujours des dents) et espérer pouvoir récupérer les données qui se trouvaient dessus. Soit.. Quelques mois plus tard, je pleure toujours ma musique, mes photos et vidéos, mais ne soyons pas masochistes, et épargnons-nous les détails de cette perte. Mon problème aujourd’hui n’est plus tellement que j’ai perdu toutes les données qui se trouvaient sur mon ordi (enfin..) j’ai presque fait le deuil, non. Le problème est que le nouveau disque dur refuse de lire ma carte SD (qui pourtant fonctionne à merveille).. Et devine où se trouvent toutes les photos de mon appareil photo? Tout juste gugusse! Sur ma putain de carte SD! Autrement dit.. Impossible pour moi de charger mes photos sur mon ordi, je vais devoir attendre de rentrer en cours pour charger mes photos sur mon One Drive (à part si, par miracle, tu aurais une solution à mon problème?!). Donc pour toutes les photos de cette super semaine, il va falloir attendre encore un peu, mais il paraît que la patience est une des plus belles qualités!

FR: Cette semaine j’ai..

31/3/2015 – Londres, Angleterre
La chanson du moment: Bobby Mc Ferrin & Chick Corea – Spain  (avec un clin d’oeil à Ma’ si elle me lit parce que c’est la vidéo du concert que nous avons vu en live toutes les deux dans la superbe citée de Vienne.. que de bons souvenirs!)

Buenos dias a todos!

Non, non je ne vous ai pas oublié dimanche dernier.. Je n’avais pas non plus une énorme gueule de bois qui m’empêchait tout flux de pensée continue, et aucune astéroïde n’est tombée sur ma chambre ces derniers jours. Non.. Simplement, mon ordi a encore crâmé, et j’attendais que mon nouveau chargeur arrive pour vous écrire. Je sais, ça ne relève même plus du complot, mais plutôt de la malédiction.. Ca fait la 3ème fois en un peu moins d’un an que je le répare, et l’animal m’a déjà couté à peu près le double du prix initial.. Mais enfin bref, je ne vais pas m’étendre là-dessus parce que ça va encore me foutre le seumEnfin soit.. Que s’est-il passé cette semaine, donc ? Et bien pas mal de choses, figure-toi!

Comme je n’avais plus de laptop, mes recherches universitaires sont un peu passées à la trappe et je n’ai donc pas grand chose à vous raconter de ce côté-là mais qu’importe! J’ai pleinnnn d’autres choses à vous raconter!! Tout d’abord, mercredi, j’ai été voir Clarence Darrow, à l’Old Vic. OH-MY-GOD! Interprété par le grandissime Kevin Spacey, ça raconte l’histoire de Clarence Darrow (nannnnn, vraimennnnt?! perspicace la Caro!), un avocat américain qui s’est battu pour les droits civiques. Si t’aimes le  théâtre engagé, mec, je te le recommande au moins un bon millier de fois. C’est plein de bon sens, merveilleusement joué, et ça te retourne le cerveau en deux-trois mouvements, histoire de te donner envie de te transformer en mode ninja en justicier de la paix (tu viens sans doute de lire la critique la plus ridicule du siècle, je m’excuse). Sérieusement, c’était sublimissime, tu en auras pour ton argent!

Vendredi j’ai revu Lisa (un peu en coup de vent, je l’admets, mais ça m’a tout de même fait super plaisir), l’étudiante d’échange Belge qui était à l’école avec moi au début de mon échange. Puis j’ai ensuite été à Londres avec Carlo, et nous avons bu pleinnnn de cidre et de vin et chantant à tue-tête à Picadilly Circus sous le doux soleil couchant de cette fin de Mars.. Agréable comme tout! Samedi, j’ai aussi été à l’anniversaire “surprise” de Chardae, dite Charkicha (elle va me haïr si elle lit ça mais je m’en bas les couilles). Honnêtement, ça m’a super touchée d’y être aller. C’était vraiment très famille, et ça m’a vraiment confortée dans mon idée que la famille, c’est tout de même ce qu’il y a de plus important (et ça m’a un peu foutu le seum, encore une fois, mais bon.. mes hormones n’y sont pas pour rien).

Et puis ben.. Voilà! Là pour le moment, je suis en vacances (bien méritées!), et j’ai comme qui dirait énormément de travail (et encore, c’est un euphémisme!), notamment pour espagnol, où je dois rattraper 33 chapitres toute seule, ALL BY MYSELF, oui oui! (le truc juste impossible en soi quoi..) parce que douée comme je suis, j’ai changé d’options il y a deux semaines de cela..  MAIS (ben oui.. il y a toujours un mais, tu sais bien!) cela va m’être bien utile, parce que j’ai un nouveau projet (oui oui, encore un!) qui est de partir un mois en tant que fille au pair au mois de Juillet afin de gagner un peu de flouz (so 90’s), tout en voyageant et en faisant quelque chose que j’aime: m’occuper d’enfants (c’est à ce moment que tu vois mon instinct maternel ressortir, mes petits yeux tout brillants et parlant un langage jusqu’ici inconnu et appelé le gouzi-gouzi)! Donc voilà, j’aurais encore pleiiiiiiiiin de choses à vous raconter, d’autant plus que je crois avoir trouvé une super chouette famille (espagnole, donc ;) )!

FR: Cette semaine j’ai..

22/3/2015 – Londres, Angleterre
La chanson du moment: Mumford & Sons – Holland Road

Bonjour tout le monde!

Je ne sais pas si tu crois à l’influence de la lune sur les Hommes. Moi j’y crois, et je pense sincèrement que l’éclipse survenue hier a annoncée avec elle de profonds changements en nous, en moi.

Cette semaine, un millier de choses sont arrivées.. J’ai tout d’abord été au salon UCAS, qui est un énorme salon des étudiants, où des centaines d’universités sont présentes, afin de t’aiguiller pour ton futur. Je suis arrivée là-bas avec plein de motivation, des objectifs très clairs dans ma tête, prête à poser 30 000 questions pour rendre ce que je voulais plus que tout réel et possible: rester ici l’année prochaine. Étrangement, participer à cet événement a eu l’effet inverse de celui escompté sur moi: il m’a fait tout remettre en question, de A à Z (la lune, je te dis!). Je me suis mise à douter très sérieusement (ou plutôt devrais-je dire encore plus sérieusement) de mes “talents” d’actrice, et la peur de ne jamais être acceptée dans une université après un an de dur labeur dans cette ville quelque peu onéreuse qu’est Londres m’a très rapidement bouffée de l’intérieure, une attaque de panique s’emparant de moi, en réalisant le gouffre financier et temporel que représentait le fait de passer un an de plus ici sans aucune certitude d’être jamais acceptée dans une université convenable (université qui, soit dit en passant, serait elle aussi carrisima amiga!). Ceci combiné au fait que j’étais toujours dans une phase de ridicule déprime-homesickness, je me suis dit que finalement, peut-être qu’il était temps de rentrer et faire des études, parce que c’est pas le tout ma petite dame, mais le temps passe, et je vais quand même passer mon 20me printemps cette année..

Ceci étant dit, j’ai pensé très intensivement à mon but dans la vie, ce que j’aimais faire, ce que je voulais être. C’est clair, le théâtre, ça a toujours été mon truc.. Mais après tout, je n’ai pas besoin de faire des études de théâtre pour monter sur les planches/ devenir actrice (ouais je vise un peu haut mais bon.. si tu veux arriver au sommet de la montagne, ya pas de secret, tu ne regardes pas en bas..). Alors j’ai réfléchi, réfléchi, (tout un concept, je sais!) et puis finalement, ça s’est imposé comme une évidence. Ma came à moi, ce sont les voyages, la culture et l’écriture. Ce que j’aime, c’est lire des livres, visiter des musées, aller à des concerts, voir des pièces de théâtre, écouter de la musique, et puis en parler, en discuter, en débattre. Ce que je veux, en fait, c’est faire du journalisme, et voyager, encore.. et toujours! Dans un premier temps, je me suis renseignée pour faire l’Open Uni, qui est une université en ligne, ce qui m’aurait permis de travailler pendant 6 mois, et puis de me remettre en route, tout en obtenant un diplôme. Le truc, c’est que c’est quand même super cher (comme n’importe quelles études en Angleterre, en fait..), et puis faut bien l’avouer, 1) je n’étais pas chaude-chaude à rentrer chez papa-maman et 2) ma mère était pas super enthousiaste à l’idée que je fasse l’université en ligne.. parce que faut quand même avoir une putain de gestion de soi et de son temps pour faire ça. Bon.. Même si l’idée n’était pas des plus émoustillantes, j’ai donc commencé à me renseigner pour faire des études de journalisme en Belgique, en anglais. Trois évidences ce sont imposées à moi: 1) Faire un bachelor en journalisme, ça relève un peu de l’impossible, étant donné que ça se fait sous master, 2) Etudier un bachelor anglais en Belgique, est en fait la définition même de l’utopie.., 3) Il n’y avait absolument aucune étude proposée qui m’enjaillait.. Dur.

Mais la part de warrior qui est en moi à décidée de ne pas laisser s’abattre, de continuer ma perpétuelle recherche du bonheur, et de traquer toutes les possibilités qui s’offraient à moi pour étudier en anglais (oui c’est un peu une obsession, je sais!) et si possible, trouver un truc qui me plairait (c’est tout de même toujours mieux que de se faire chier trois ans à étudier un sujet de merde, avoue!) Et.. (roulement de tambour) après avoir passé d’interminables heures à chercher sur la toile, et parler de mes projets les plus fous avec ma cousine chérie, j’ai enfin (oui, après 2 ans.. il m’a comme qui dirait fallu un peu de temps), mesdemoiselles mesdames et messieurs, trouvé ce que j’allais faire l’année prochaine! Alooooooooors! (avec un grand sourire, le genre où tu peux voir toutes mes dents et qui éclaire mes yeux de bonheur) Mon plan est désormais de partir étudier “Art, Culture & Media” ou “Sciences des Arts Libéraux” en Hollande. Donc voilà, je me retrouve comme il y a un an: toute excitée à l’idée de partir et à remplir un montant quelque peu exaspérant (tiens, ça rime.. coïncidence? je ne pense pas!) de paperasse. Je suis hyyyyyyyyyyper enthousiaste à l’idée de découvrir une nouvelle ville, une nouvelle culture et d’apprendre une nouvelle langue! Et parallèlement à ça, je me sens super triste de devoir quitter Londres et la vie que je me suis construite ici. Je me rends compte que trois mois, c’est rien du tout, d’autant plus que je serai très rapidement en examens.. C’est incroyable à quel point le temps passe vite, et j’ai une boule au ventre à l’idée de partir de Londres.